fbpx

Trailer dingo pour The Show de Mitch Jenkins et Alan Moore

Si Alan Moore a toujours entretenu des rapports pour le moins conflictuels avec le cinéma, la faute à des adaptations souvent désastreuses de ses oeuvres, il s’y consacre depuis quelques années à travers le projet The Show, constitué d’abord de courts métrages et qui passe aujourd’hui au format long, toujours avec Mitch Jenkins à la réalisation.

Les échecs artistiques successifs, complets (La Ligue des gentlemen extraordinaires, Watchmen) ou partiels (V pour Vendetta), avec une seule bonne adaptation (From Hell), auront eu raison de la relation entre Alan Moore et le cinéma. Il fallait qu’il s’en empare lui-même afin de rester maître de sa création. Et c’est ce qu’il a entrepris avec le projet The Show, consacré au monde inversé de Nighthampton, qui apparait quand sa ville de Northampton s’endort. Ce projet en collaboration avec le réalisateur Mitch Jenkins a d’abord pris la forme de courts métrages financés en crowd-funding. 3 courts intitulés Act of Faith, Jimmy’s End et His Heavy Heart, réunis dans l’anthologie Show Pieces. Aujourd’hui c’est une nouvelle étape du projet qui se dévoile avec le long métrage The Show. Tom Burke y tient le rôle principal et y croise l’ensemble de personnages peuplant cet univers découverts dans les courts, avec notamment Siobhan Hewlett, Alan Moore, Ellie Bamber, Darrell D’Silva, Richard Dillane, Christopher Fairbank et Sheila Atim. La photo est signée Simon Tindall, qui a essentiellement travaillé comme technicien ou directeur photo de seconde équipe sur de beaux projets (28 jours plus tard, Bright Star, L’aigle de la neuvième légion, Zero Dark Thirty, Macbeth…) et Andrew Broder, à bord du projet depuis les débuts, se charge de la bande originale.

The Show sera présenté dans les salles américaines uniquement ce 26 août avant d’arriver en VOD le 18 octobre prochain.

Un homme effrayant et possédant de nombreux talents, passeports et identités arrive dans le cœur brisé de l’Angleterre, une ville hantée des Midlands qui s’est effondrée en un trou noir de rêves, pour découvrir que ce nouveau territoire est au moins aussi étrange et dangereux que lui. Tentant de localiser une certaine personne et un certain artefact pour son client, il se retrouve à sombrer dans un monde crépusculaire de sables mouvants de Lotharios morts, de belles endormies, de gangsters vaudous, d’aventuriers masqués, de détectives improbables sortis des années 30 et de femmes claires-obscures violentes… et c’est Northampton quand il est éveillé. Une fois que la ville ferme les yeux, un autre monde se dévoile sous ses paupières tremblantes, un monde de délire scintillant et sinistre bien pire que toute dévastation sociale ou économique. Bienvenue dans le cauchemar britannique, avec sa chair magnifique, ses guirlandes et ses monstres lumineux ; son austérité hallucinante.

Votre avis ?

0 0
Aller à la barre d’outils