fbpx

Trailer démentiel pour Mad God de Phil Tippett

Phil Tippett, le génie de l’ombre sans lequel certains des blockbusters les plus importants de l’histoire du cinéma ne seraient pas ce qu’ils sont, a mis un point final à l’oeuvre d’une vie, son long métrage Mad God. Et vous n’avez jamais rien vu de tel.

Sans Phil Tippett, il n’y aurait pas de Jurassic Park, Starship Troopers, Robocop… ce vétéran des effets spéciaux, maître de la stop-motion, pilier d’ILM pour la première trilogie Star Wars (il était à la tête du département animation sur L’empire contre-attaque), lauréat de 2 oscars pour Le Retour du Jedi et Jurassic Park, est une légende vivante. Loin d’être « éteint » comme il le fit savoir à Steven Spielberg lorsque ce dernier fut soufflé par les dinosaures créés en images de synthèse de Dennis Muren, il poursuit une carrière exemplaire tout en travaillant sur un projet très personnel depuis une trentaine d’années. Il s’agit de ce Mad God. Initié au début des années 90 avant de se mettre en pause pour finalement renaître il y a une dizaine d’années grâce aux possibilités de financement participatif, Mad God a d’abord pris la forme de chapitres mis à disposition des participants au fur et à mesure de la production. Les deux premiers chapitres ont été terminés en 2017 et le 3ème fin 2018. Pour finalement prendre sa forme originale, celle d’un long métrage qui fera cette année un tour des festivals. Mad God est un projet fou, qui n’appartient à aucune époque, une illustration de la passion et du génie d’un artisan qui n’a aucun équivalent. On a hâte de plonger dans cet Enfer.

Sous une pluie de tirs ennemis, un intrépide agent spécial enfermé dans un conteneur est progressivement descendu dans un puits à l’allure inquiétante. Plus il s’enfonce dans les profondeurs du puits, plus les ruines et les débris témoignent du temps qui ne pardonne pas. La capsule atteint finalement le sol et son occupant en sort avec une carte et une mission en tête. Le paysage environnant dénote d’un monde détérioré et décrépit, d’une déchéance horrifiante. Mais notre héros ne se laissera pas décourager, bien que ce qui l’attend soit encore plus terrorisant…

Votre avis ?

0 0
Aller à la barre d’outils