Premier et époustouflant trailer pour La Mule de Clint Eastwood

Après le fiasco du 15h17 pour Paris, l’immense Clint Eastwood revient aux choses sérieuses. Avec La Mule, il se paye même le luxe de revenir devant la caméra, chose qu’on n’osait même plus espérer. Résultat : ça a l’air tout simplement formidable.

La Mule est tout un symbole. Tout d’abord car il s’agit du retour de Clint Eastwood devant une caméra, chose qui n’était pas arrivée depuis Une Seconde chance en 2012. Ensuite, car il collabore une nouvelle fois avec le scénariste Nick Schenk qui lui avait écrit le magnifique Gran Torino. Enfin car le réalisateur légendaire qui a fêté ses 88 ans en mai dernier semble livrer ici une œuvre une nouvelle fois très intime, au même titre que le Gran Torino précité. Il s’est encore bien entouré, avec Bradley Cooper, qu’il avait dirigé dans American Sniper, , avec qui il avait travaillé sur Mystic River, , , ou encore sa fille . Fait à noter, c’est la première fois que Tom Stern n’occupe pas le poste de directeur de la photographie pour Clint Eastwood depuis leur première collaboration sur Créance de sang.

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ».

Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

La Mule sortira en France le 6 mars 2019.

Lost Password