Bande-annonce de Sordo, le western espagnol signé Alfonso Cortés-Cavanillas

Pour son second long métrage, Alfonso Cortés-Cavanillas redouble d’ambition et signe un « western espagnol » dans un décor de fin de seconde guerre mondiale, et adapte avec Sordo une bande dessinée espagnole. Et bien entendu, ça promet.

Sorti en 2012 dans une certaine indifférence, le premier long métrage d’Alfonso Cortés-Cavanillas, Los días no vividos, drame dans une ambiance de fin du monde, était déjà un film plein d’ambition malgré de faibles moyens. Quelques années plus tard, le réalisateur est de retour avec Sordo, et il change encore de braquet. Il réalise ici un « western espagnol », qu’il définit comme la « fusion entre le western spaghetti à la Sergio Leone et le western classique à la John Ford ». Si la note d’intention est discutable, le résultat semble tout de même extrêmement solide à la vision de cette première bande-annonce. Il faut savoir que Sordo est une adaptation de la bande dessinée éponyme signée David Muñoz (le scénariste de L’échine du Diable) et Rayco Pulido (Lamia).

Au casting de Sordo, on retrouve Asier Etxeandia (Ma ma), Marian Álvarez, Imanol Arias, Hugo Silva, Aitor Luna, Olimpia Melinte et Ruth Díaz.

Espagne, 1944. Grâce à la lutte de la Résistance et des forces alliées, l’occupation nazie est enfin terminée en France. Poussé par cette victoire, un groupe de guérilleros espagnols décide de revenir d’exil dans le cadre d’une opération visant à reconquérir le territoire espagnol et à renverser le général Franco. L’objectif du groupe est simple : détruire l’infrastructure du régime. Mais une rencontre imprévue avec l’armée espagnole, alors qu’ils tentent de faire sauter un pont, laisse presque tout le groupe rebelle mort. Parmi les deux survivants, l’un (Vicente Roig) est arrêté, tandis que l’autre (Anselmo Rojas) parvient à s’échapper mais reste sourd suite à l’explosion. La capture de Rojas devient rapidement une obsession pour le capitaine Bosch, qui fait appel à Darya Sergéevich, une jeune mercenaire sniper, violente et expérimentée, qui a échappé à la Russie bolchevique. Tandis que la chasse à l’homme s’intensifie, Rojas se retrouve coincé et contraint de demander de l’aide à Rosa, son ancienne petite amie et maintenant épouse de son camarade arrêté, Vicente. Les retrouvailles ravivent leur ancienne flamme, leur rappelant un temps plus simple, où les rêves leur appartenaient encore. Mais les choses ont changé et Rojas devra bientôt faire face à la réalité implacable d’être un homme recherché, seul avec le son du silence pour compagnie.

Sordo sera présenté au festival de Málaga le 22 mars 2019.

Lost Password