Bande-annonce de Napalm de Claude Lanzmann

Claude Lanzmann, mythique réalisateur de Shoah, est de retour au Festival de Cannes avec Napalm, un documentaire à travers lequel il retourne en Corée du Nord à la recherche de ses souvenirs.

A bientôt 92 ans, Claude Lanzmann ne lâche pas sa caméra. Et quelques années après Le Dernier des injustes, le réalisateur de l’indispensable documentaire Shoah s’est lancé dans une nouvelle aventure. Celle de retourner à Pyongyang, en bravant l’interdit des autorités locales, pour se confier sur les lieux d’une « brève rencontre », une histoire d’amour avortée en 1958, dans une Corée du Nord déjà refermée sur elle-même. Un souvenir qui le hante depuis et qu’il avait déjà abordé dans son livre de mémoires, Le Lièvre de Patagonie. Aujourd’hui, il en a tiré Napalm, un documentaire présenté au 70ème festival de Cannes et forcément un évènement. Intime, mais un évènement tout de même.

Napalm est le récit de la bouleversante « brève rencontre », en 1958, entre un membre français de la première délégation d’Europe de l’Ouest officiellement invitée en Corée du Nord après la dévastatrice guerre de Corée (4 millions de morts civils) et une infirmière de l’hôpital de la Croix Rouge coréenne, à Pyongyang, capitale de la République Démocratique Populaire de Corée. L’infirmière Kim Kun Sun et le délégué français n’avaient qu’un seul mot en commun, que chacun d’eux comprenait : « Napalm ».

Lost Password

f05120d77fc00387f5adac484d759bb5$$$$$$$$$$$