Bande-annonce de Bright de David Ayer avec Will Smith

Petit artisan de série B qui peine à se trouver, David Ayer s’est lancé dans un défi hautement casse-gueule avec Bright. Entre le polar, la science-fiction et la fantasy, cette production Netflix aborde la discrimination raciale et les violences policières sous un angle inattendu. Et vu à quoi ça ressemble, ça passe ou ça casse.

De David Ayer, on retiendra essentiellement Fury et End of Watch. Pour le reste, on oscille entre le gentiment inoffensif bien que correctement exécuté (Bad Times, Au bout de la nuit) et la grosse purge (Sabotage, Sucide Squad). Espérons que celui qui a longtemps été le « scénariste de Training Day » soit dans un bon jour pour Bright. Sur le papier, le film est séduisant. Écrit par Max Landis (Chronicle, American Ultra), Bright réunit un imposant casting avec en tête Will Smith et Joel Edgerton (sous un maquillage qui le rend méconnaissable), mais également Noomi Rapace, Kenneth Choi, Brad William Henke, Lucy Fry et Edgar Ramírez, affublé d’une perruque à la Nicolas Cage. Le russe Roman Vasyanov, son directeur de la photographie depuis End of Watch, rempile une nouvelle fois avec une photo extrêmement sombre.

Bright ose faire se rencontrer des policiers de la LAPD, des orcs, des elfes et toutes sortes de créatures, mêlant polar urbain et héroïc fantasy. Pas sur que le mélange fonctionne mais l’idée est osée et le film semble avoir quelques choses à raconter.

Dans un univers parallèle où la magie fait partie du quotidien, deux flics de L.A. – un humain et un orc – partent en quête d’une puissante baguette magique.

Bright sera disponible sur Netflix dès le 22 décembre 2017.

Lost Password